Notre arrivée en Nouvelle-Zélande : un double choc! Le double effet Kiss Cool en quelque sorte!

D’abord un choc thermique.
Nous sommes en avril. Le printemps, la saison des amours, les jours qui rallongent et les jupes qui raccourcissent me direz-vous? Et bien pas vraiment! Petit détail que nous avions quelque peu occulté à force de crapahuter sous les tropiques… C’est ici bel et bien l’hiver qui a décidé de poser ses bagages pour quelques mois. La végétation arbore ses parures automnales et le paysage se colore de nuances rouges et dorées.

Qu’à cela ne tienne, ce ne sont ni ce froid quasi polaire (allez j’exagère) ni cette météo souvent capricieuse qui risque d’entamer notre envie irrépressible de conquête de ce territoire austral.

Ensuite un choc émotionnel.
Sublime, magnifique, somptueux, fabuleux…non décidément aucun adjectif n’est assez fort pour décrire ce pays qui a tant à offrir au voyageur au long cours. Une véritable débauche de paysages et horizons à faire frissonner de plaisir les voyageurs les plus aguerris!

Alors voilà, après cinq semaines à dormir à l’arrière de notre cher Jean-Pierre (cf. post Australie), nous avions grand besoin de recharger nos batteries quelques jours avant de battre à nouveau le pavé. Rien de tel alors que la chaleur et le confort de notre auberge de jeunesse d’Auckland pour nous remettre en selle! Une auberge si cosy que nous avons eu bien du mal à quitter…

Après avoir expérimenté l’achat (et surtout la revente!) d’un van, notre portefeuille et notre sagesse nous ont cette fois conduits à préférer l’option location d’un monospace aménagé. Survie oblige, nous avons troqué la moustiquaire de notre cher camper australien pour une couette/doudoune fourrée en soyeuses plumes de kiwi.

Au programme de nos réjouissances hivernales, dix jours sur l’île du nord avec son air d’Irlande tropicale puis vingt jours sur l’île du sud avec ses paysages de fin du monde.

Et bien évidemment entre les deux, la « Terre du Milieu », lieu fictif de l’intrigue de la mythique double trilogie du Seigneur des Anneaux. Que les fans se réjouissent d’avance, Adrien est entrain de nous concocter un délicieux article entièrement dédié à ce monument littéraire/cinématographique...

L’île du nord, qui selon l’avis général présente moins d’intérêt que l’île du sud (sic!!!) nous a littéralement bluffé.

De la péninsule de Coromandel avec ses collines verdoyantes, en passant par l’étonnante région volcanique de Rotorua animée par ses geysers et sources d’eaux chaudes jusqu’à la trépidante capitale Wellington, c’est peu dire qu’on en prend plein la vue!

Bien qu’attendant toujours à l’heure où j’écris ces mots, une belle truite dodue dans mon assiette, la Nouvelle-Zélande est aussi connue comme LA destination pêche par excellence. Un paradis pour Adrien qui ne ménage pas sa peine et qui en est déjà, depuis le début de notre tour du monde, à l’achat de sa quatrième canne à pêche après avoir cassé les trois premières (ne me demandez pas comment cela est possible…).

Impossible de trouver les adjectifs suffisants, disais-je au début de cet article. La Nouvelle-Zélande se raconte sûrement le mieux en images. Je vous laisse donc juger avec ces quelques clichés de ce « moindre intérêt » de l’île du Nord qui semble pourtant faire l’unanimité…

One thought on “Nouvelle-Zélande : A la découverte de l’île du Nord

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website