Si le Cambodge abrite la huitième merveille du monde que sont les temples d’Angkor, c’est sa population qui se révèle être le véritable trésor du pays. Persécutés et massacrés, les Khmers ne sont sortis de l’enfer qu’il y a 35 ans. Après avoir vécu tant d’horreurs, les Cambodgiens marqueront tous les visiteurs par le sourire, l’affection et la gentillesse qu’ils témoignent sans cesse.

Après avoir expérimenté pour la première fois le bus couchette qui reliait Bangkok à Siem Reap, il faut comme toujours prendre un premier contact avec le pays. A force de passer les frontières, cette prise de température locale est presque devenue une routine dont pourtant nous ne nous lassons pas. Quelle est la monnaie locale et le taux de change ? Est-ce que les billets sont beaux ? Combien coûte un tuk tuk ou une « bouffe de rue » ? Pays adepte des toilettes à la turque ou des bonnes vieilles cuvettes ? Quelle est la personnalité des locaux ? Quel est le degré d’accoutumance de la population au tourisme ?  Toutes ces questions ne restent pas bien longtemps sans réponses, et c’est sans doute l’un des meilleurs moments de l’aventure, celui où nous donnons de la réalité à ce nouveau tampon sur notre passeport.

Puis l’on part à la découverte  des richesses du pays. Notre circuit commence en beauté avec trois jours à déambuler dans les allées des temples d’Angkor. Même sous les nuages, la beauté de ces édifices religieux parmi les plus grands jamais édifiés par l’homme est sans égale. Comment ne pas s’émerveiller devant des façades sculptées de déesses, des ruines sur lesquelles la nature a étendu son emprise, où les arbres ont déchiré la pierre ? Il s’en dégage une atmosphère étonnante qui plonge notre imagination au temps où la puissante cité d’Angkor dominait l’Asie du sud-est.

Puis il y a Phnom Penh, la trépidante capitale baignée dans un brouhaha incessant de klaxons et de pétardes. A la confluence de trois rivières, Phnom Penh est, en plus d’être le centre logistique du pays, une belle découverte pour les voyageurs. Vous y croiserez des moines vêtus d’un drapé fauve, vous y contemplerez les plus beaux couchers de soleils de votre existence sur fond de Mékong et de passages de pêcheurs, et vous pourrez même y boire du pastis en grignotant une baguette, ces nobles denrées héritées du protectorat français. On voudrait y rester, mais il y a encore tant à voir…

On décide de se mettre en route vers le nord du Cambodge à la découverte des villages perchés sur pilotis qui bordent le Mékong. L’idée est d’y faire un trajet de 140 kilomètres le long du fleuve et au travers de ses îles. Vous vous souvenez de notre expérience d’une semaine dans la jungle en Bolivie ou nous marchions 7 heures par jour sous un soleil de plomb le ventre vide ? Vous souvenez-vous également de notre parcours authentique sur l’île de Flores en Indonésie où nous vivions chez l’habitant dans des villages traditionnels en partageant un peu de leur quotidien ? Eh bien notre aventure en vélo le long du mythique fleuve est un parfait mélange de ces deux expériences qui resteront des souvenirs marquants de notre voyage. On roule jusqu’à se perdre, jusqu’à même être à court d’eau au milieu d’une île où les chemins sableux rendent les coups de pédales si durs… Se faire accueillir par des personnes tellement émouvantes de gentillesse et d’hospitalité qu’on aurait envie de se retirer un moment à l’ombre d’une maison de pêcheurs… S’arrêter sur la route voir ce qui bout dans la marmite, jouer avec les enfants et faire le plein d’images… Nous devons bien avouer que les adieux sont difficiles !

Avis aux fins gourmets, connaissez-vous le poivre de Kampot ? Vous devriez, car sa saveur unique en fait sans doute le meilleur du monde dont le prix peut atteindre 200 dollars le kilo. Cette saveur, il la doit au terroir de grande qualité de la province éponyme située au sud-est du Cambodge sur les bords du golfe du Siam, région qui, heureusement pour le poivre, est souvent sous les gouttes. Il devrait y avoir assez de cet épice dans nos sacs à dos pour vous concocter à notre retour des diners bien poivrés…

Vous aurez sans doute remarqué sur les photos deux visages inconnus ? Car comme on l’a souvent fait, il nous arrive de partager notre route, un bout de notre tour du monde.  Cette fois ci, c’est avec Jong Dae le Coréen et Tom l’Australien que l’on s’est offert dix jours de franche rigolade arrosée au pastis !

Vous l’aurez compris, nous ne retiendrons pas uniquement du Cambodge les visites presque quotidiennes de la pluie, l’agressivité de ses moustiques ou le malheureux vol de notre scooter qui plombe le budget. Nous avons vécu une merveilleuse expérience humaine, sportive et culturelle. Et avec une population si optimiste, la beauté du de ce pays continuera de rayonner en Asie pendant bien longtemps encore.

One thought on “Cambodge: les joyaux du Royaume Khmer

  1. À 100% d’accord!! Rien à ajouter si ce n’est que putain les photos sont magnifiques et qu’elles reflètent exactement les couleurs l’atmosphère et l’ambiance du pays! Continuez de nous faire rêver ça fait du bien !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website