Même après des décennies de conflits, le Vietnam est aujourd’hui largement en mesure de faire de belles promesses aux voyageurs et, plus important encore, de les tenir.

On nous avait mis en garde : les Vietnamiens ne sont pas accueillants, les Vietnamiens sont insupportables, les Vietnamiens sont ceci et cela. Une fois encore, comme nous en avons déjà fait l’expérience et notamment en Asie, il suffit de creuser un tout petit peu pour balayer les préjugés bien trop hâtifs. Il est certes difficile et probablement réducteur d’esquisser une règle générale mais on peut dire sans risque de se tromper que le Vietnamien auquel vous aurez affaire dépend du genre de touriste/voyageur que vous êtes ou plus exactement que vous vous donnez la peine d’être.

Si, dans ce pays où le tourisme de masse est désormais légion, vous optez pour le tout organisé et les excursions façon « wagon à bestiaux », vous serez traité à l’image de votre condition, c’est-à-dire avec bien peu d’égards. Si en revanche vous faites l’effort de sortir des sentiers battus, que vous refusez de céder à la facilité et que vous voyagez l’esprit ouvert et curieux, les promesses se transformeront en surprises. Votre âme de voyageur sera comblée.

Attractions touristiques et splendeurs d’un pays vont souvent de pair, nous direz-vous. Certes, il est parfois quasi impossible d’esquiver le « passage à la caisse » et son lot de locaux corrompus par l’appât du gain qui y sévit, mais osez simplement passer la porte d’une maisonnette au bord d’un chemin pour partager quelques lampées d’alcool de riz ou quelques poissons grillés. Et même à défaut d’une discussion profonde, ces quelques moments de partage vous apprendront bien plus sur le pays et ses habitants qui vous surprendront de générosité et d’hospitalité. Un seul mot d’ordre : provoquez la rencontre et l’échange !

Notre grande balade en deux roues continue…Toujours les pannes, toujours la pluie. Et toujours ces paysages fascinants de montagnes nimbées de brume et rizières à perte de vue. Et puis, il y a ces décors que nous n’avions encore jamais vus, comme les impressionnantes cavernes et grottes karstiques de Phong Na Ke Bang où il est possible d’enchainer tyrolienne et bains de boue dans l’obscurité.

Il est déjà l’heure du bouquet final, ce spectacle grandiose que réserve la baie d’Halong. Secouée par un violent typhon juste avant notre passage, nous avions misé sur le fameux calme qui suit les tempêtes. Le pari est largement gagné car nous avons sans doute embarqué sur l’un des premiers bateaux à lever l’ancre depuis ces déchaînements météorologiques. Et croyez-nous, voir la baie d’Halong sous un éclatant soleil, débarrassée de son tourisme à la chaîne et de ses milliers de rafiots où ils s’entassent, fait de nous de sacrés veinards !

Quitte à profiter de l’absence de visiteurs, pourquoi ne pas s’offrir pour le même prix qu’une croisière surchargée et impersonnelle, une nuit entre amis à bord d’une petite embarcation avec ses dévoués nautonier et gargotier ? Et si l’on dit souvent que cette baie est une merveille du monde, c’est qu’elle est d’une beauté à vous couper le souffle. Voilà encore une promesse tenue. Sillonner en canoë ces majestueuses formations rocheuses baignées dans les eaux émeraude de la chaude mer de Chine, s’extasier devant le soleil qui disparaît derrière les montagnes dont les silhouettes déchirent les lueurs pourpres du ciel, s’assoupir en égarant ses songes dans le ciel constellé d’étoiles, légèrement bercés par les eaux calmes et protégées de criques qui semblent nous appartenir le temps d’une nuit. Le seul cauchemar pour Adrien aura été d’oublier sa canne à pêche sans laquelle pourtant il ne s’endort jamais…

Arrivés dans le Nord, il est temps de nous réveiller. Une matinée dans la bouillonnante Hanoï nous aura suffi à trouver de dignes successeurs à nos motos. Nos chères bécanes reprennent déjà la route aux mains, dangereusement inexpertes, de trois jeunes Suisses qui tenteront de les ramener jusqu’à Ho Chi Minh. Mais quitter nos motos est en réalité si facile comparé aux vrais aurevoirs. L’hécatombe continue en effet, après la perte de notre bien-aimé Sylvain, c’est au tour de notre Thibaut national d’avoir dû reprendre le chemin du métro/boulot/dodo…une bien terne réalité qui nous pend au nez à maintenant quelques semaines de notre retour.

Une chose est certaine, lui comme nous, avons succombés au charme délicat de cette Asie rêvée. Et si vous aussi vous tentez de poser sur le Vietnam un regard original, vous en entreverrez les richesses insoupçonnées.

 

One thought on “Vietnam : Immersion au coeur de l’Indochine

  1. Magnifique déclaration d’amour pour un pays qui me tient à coeur…car c’est le mien. Les viets le rendent bien, surtout aux français pour qui on a des relations historiques particulières. Comme un ex avec qui on aime bien se retrouver pour se dire des mots tendres …d’amitié amoureuse. Et si vous avez l’impression d’être parfois (souvent ) arnaqués, se faire … avec un immense sourire, cela fait moins mal. Enjoy life.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website